Agilateur

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 29 août 2011

Les erreurs classiques d'un manager débutant

Le responsable de la qualité de mon entreprise m'a un jour envoyé un article intitulé "Pourquoi il est utile de laisser un chef de projet se tromper sur son premier projet". Je ne savais pas trop comment le prendre... alors j'ai décidé de le prendre bien et d'en profiter pour le lire.

En effet, tout le monde sait qu'on peut apprendre beaucoup de ses propres erreurs, si on les analyse, qu'on les décortique, qu'on les triture jusqu'à les comprendre (au moins un peu) et en tirer des enseignements. Il ne faut d'ailleurs jamais hésiter à se faire aider ... plus facile à dire qu'à faire, n'est-ce pas ? :)

Il faut être particulièrement vigilent et à la recherche de l'amélioration dans le domaine du management, dans lequel chaque erreur a un prix plus lourd, parce qu'elle touche à l'humain. Un manager ne gère pas (que) du matériel ou des euros... il gère des personnes et qu'y a-t-il de pire, pour une entreprise, que de gâcher le potentiel de ses employés ?

Voici donc une question intéressante posée sur le désormais célèbre site quora : "What are common mistakes that new or inexperienced managers make?".

20110829 Question Quora Management

La question est pertinente mais on pouvait craindre que les réponses ne puissent pas être à la hauteur. Pourtant..... un certain '' Ian McAllister'', manager chez amazon, a donné une réponse détaillée, selon le type de management que vous êtes amenés à faire : développement de carrière, recrutement, ... une véritable perle !20110829 Ian McAllister

Partant de son expérience personnelle, sa réponse est bien construite et réellement passionnante. Elle peut apporter des idées d'amélioration et des points d'attention à tout manager, débutant ou pas ! Au passage, n'hésitez pas à aller voir ce qu'il a pu répondre à d'autres question sur le management : ce type gagne à être lu !

mercredi 24 août 2011

Scrum expliqué en moins de 4 minutes

Je ne connaissais pas cette petite vidéo qui tente d'expliquer les bases de Scrum en moins de 4 minutes (3'37'', pour être précis).

Scrum in about 4 minutes

Si on veut pinailler, on peut signaler que le son est plutôt mauvais, que le schéma n'est pas toujours bien lisible et que c'est "English inside", mais franchement, l'ensemble fait quand même une bonne synthèse et permet d'entendre une explication de tous les termes clés de Scrum en un temps record.

A noter que c'est le fruit d'un groupe de travail appelé ScrumRevealed, qui a pour objectif de produire une introduction à Scrum en ligne.

Finalement, Scrum, c'est un peu comme le poker : quelques minutes pour l'apprendre, mais toute une vie pour le maitriser !

La boîte à outil du manager : un livre très pratique

Il existe de nombreux livres sur le management, mais voici enfin une boîte à outils réellement utilisable au quotidien sans avoir à assimiler 300 pages sur la psychologie fondamentale des sujets en présence et les interactions socio-charismatiques qui en découlent.

Couverture - La boîte à outils du managerCe livre : "La boîte à outils du manager", écrit par Rémi JUËT, se présente sous la forme d'une cinquantaine de fiches pratiques, toutes construites sur le même modèle/découpage (que je vous explique ci-après) et chacune à utiliser dans une situation particulière.

Ce qui est bien, c'est que c'est du concret : les situations choisies relèvent vraiment du quotidien d'un manager et couvrent une panoplie assez large pour qu'on puisse généralement trouver de quoi s'en inspirer, même quand on est hors des cas pris en compte dans le livre. On va de la façon dont il faut gérer un entretien annuel pour un collaborateur unique jusqu'à la mobilisation d'une équipe comlète autour d'objectifs communs. Il y a même quelques points utiles pour se manager soi-meme (prendre soin de sa motivation, en particulier... personne d'autre ne le fera mieux que vous-même, alors foncez !!)

Un cas, par exemple, que j'ai trouvé particulièrement utile : apprendre à devenir le manager de ses collègues. C'est effectivement une situation pas évidente que celle d'une personne qui se retrouve manager d'une équipe dont il était un membre "managé" auparavant. Les conseils sont bien utiles pour éviter l'échec rapide ou les extrêmes pourtant si confortables au début : le mode autoritaire et le mode copain-à-tout-prix.

Comme je le disais, chaque fiche est décomposée en paragraphes :

- une description rapide de la problématique permettant de bien comprendre ce qui est décrit dans cette fiche

- l'objectif : à partir de la description précédente, quel doit être l'objectif du manager ?

- les principes : on pose les bases du "comment". Dans cette partie, l'auteur explique les éléments que le manager doit utiliser pour construire don action

- concrètement : voilà... on est dans le vif du sujet. Que faire pour ce cas précis ? Un plan d'action avec les conditions à respecter et les étapes de l'action

- les erreurs à éviter : il y a quelques erreurs classiques attachées à chaque situation

- les questions à se poser : après avoir agit... cette partie permet de savoir si on a bien fait et essayer d'envisager la suite.

J'ai trouvé ce découpage très pratique et ça fait maintenant plus d'un an que j'utilise ce livre... avec succès ou pas, selon les cas (personne n'est parfait, n'est-ce pas...), mais avec de bonnes pistes de travail et de préparation à chaque fois que je m'y suis plongé.

Je ne peux que vous encourager à l'ouvrir pour le feuilleter si vous le trouvez en librairie : vous serez surpris des évidences qu'on peut y trouver mais auxquelles on ne pense pas toujours quand on est dans l'action.

Le seul reproche que je pourrait lui faire, c'est justement d'être tellement attaché à proposer des solutions concrètes qu'il manque les références qui permettraient d'aller plus loin dans la réflexion, sur un thème ou un autre : aller vers l'amélioration continue du manager, en quelque sorte...

Au final : un outil pratique et simple d'utilisation. Pourquoi s'en priver ?

mardi 16 août 2011

Pas d'analyse fonctionnelle avec Scrum, vraiment ?

Beaucoup prétendent utiliser des méthodes agiles pour masquer le dépouillement de leurs projets. C'est plus facile : pas d'analyse, pas de tests business structurés, pas de documentation... et aucun planning, par la même occasion.

La méthode agile la plus en vogue depuis quelques années, Scrum, est fortement axée sur la description de quelques "techniques" de travail (ou ranger les fonctionnalités, comment organiser le suivi du projet, etc.) et sur 3 rôles pour les acteurs du projet : Team, Product Owner et Scrum Master. En dehors de ça... la liberté est presque totale (tant qu'on respecte la philosophie Agile, bien entendu).

Chacun son rôleDès lors, pourquoi se priver d'une analyse fonctionnelle digne de ce nom quand c'est nécessaire ?

Un article dans Agile Journal, écrit par Ellen Gottesdiener et Mary Gorman, fait avancer le débat en proposant quelques pistes intéressantes sur la place de l'analyste fonctionnel au sein d'un projet Scrum.

Et si vous êtes encore réticents et que pour vous, marier scrum et analyse fonctionnelle est une hérésie, dites-vous que (comme le dit fort justement le titre ce cet article) le plus important, c'est de ne pas se tromper sur l'objectif du projet.

It's the Goal, Not the Role: The Value of Business Analysis in Scrum

jeudi 11 août 2011

Quizz amusant chez Claude Aubry

Le célèbre Claude Aubry, passionné de Scrum, d'Agilité ET de Rock'n roll, nous propose un petit Quizz sous forme de 15 questions.

Il laisse quelques jours pour chaque question (histoire de nous laisser le temps de choisir une réponse et de voter en ligne), puis donne son avis sous forme d'un article, laissant la place au débat dans les commentaires.

Voici, par exemple la question numéro 2 (sur la place du Product Owner face au sponsor --> allez vite voter !) ...

Question 2 du quizz

... et le lien vers l'article concernant la question 1 (décision du scrum master alors qu'un membre de l'équipe a été maladroit au ski...).

L'intérêt principal, comme il le dit lui-même, est de rappeler que la réalité est souvent bien plus complexe que ce qu'on peut apprendre en formation ou dans un livre.

- page 2 de 3 -